FAIM DE NUIT @ HAO HAO

Parmi mes résolutions de 2020 figurent en bonne place celles d’écrire plus régulièrement sur ce blog, mon premier amour, et de revenir à mes adresses les plus fréquentées. Nos cantines populaires sont indémodables pour la bonne raison que les classiques tiennent toujours leurs promesses. Profitons de nos trésors familiers avant qu’un départ heureux à la retraite nous en privent.

Hao Hao, un classique du Treizième aux horaires extensifs

Dans la série des incontournables du Treizième, je vous emmène aujourd’hui chez Hao Hao 好好 (Bien Bien en français). On dirait une salutation entre vieux copains. Alors bien ou bien ? Bah, Bien bien.

On mange ici de 9h jusque 1h du matin pour la dernière commande et ce, sept jours sur sept. Chez Hao Hao, on croise beaucoup de monde : des familles aux tablées de collègues, bandes de potes, les gens qui attendent leur à-emporter, en passant par les chauffeurs de taxi, les teufeurs et les restaurateurs en fin de service. C’est joyeux. Le bruit du brassage des baguettes est constant. Sur l’écran, des chaînes du bouquet chinois en continu.

Des plats de mon enfance sino-cambodgienne

La carte de Hao Hao rassemble des plats chinois-cambodgien et vietnamiens parmi les plus plébiscités de France. Vous êtes ici en territoire chinois du Cambodge. Je le ressens même au poivre dans le panier à condiments : il est blanc comme celui de Kampot. C’est mon petit plaisir à saupoudrer.

J’entends souvent dire que les restaurants chinois qui proposeraient des nems vietnamiens ne seraient pas « authentiques » (whatever that means). C’est faux. Les vagues d’immigrations des ex-Indochine dans les années 70, parmi lesquels de nombreux Chinois de la diaspora d’Asie du Sud-Est, ont relooké le Treizième depuis cette époque et apporté dans leurs bagages ce mix de saveurs Chine du Sud / Cambodge / Vietnam, qui existait déjà là-bas et a été adapté aux ingrédients et préférences françaises. C’est une combinaison unique, ça marche depuis des décennies et c’est ça leur street cred.

On mange quoi ?

Je commande les nems et des beignets de crevettes frits pour les petits, la rôtisserie pour les grands, le riz loc lac pour les néophytes, les wonton pour mon mec, des trois-couleurs en dessert. Il y a de nombreux plats de légumes en sauce. Simple et efficace.

Pour ma part, c’est inévitablement une soupe spéciale Phnom Penh, vous le savez si vous me lisez souvent, c’est mon dada, je n’en aurai jamais assez. Bouillon terre-mer à part, pâtes de riz fines, porc haché, quelques abats en tranches fines, ail frit, ciboule, coriandre. Le comptoir juste à l’entrée, indépendant de la cuisine, assemble les bols de nouilles dès le petit-déjeuner jusqu’au bout de la nuit

Hao Hao 23 avenue de Choisy, Paris 13,  01 45 84 20 20

Ouvert tous les jours de 9h à 1h30 du matin (dernière commande à 1h)

Soupe spéciale Phnom Penh 7,80 euros

Soupe aux raviolis porc et crevettes (wonton) 9,50 euros

Canard laqué 10 euros

Attention, tous les plats ne sont pas tous disponibles en dehors des horaires de repas, voir carte.

La rénovation de l’intérieur qui a eu lieu fin 2017 a rafraîchi l’ensemble. Cependant, l’accès à la porte d’entrée reste limité (5 marches).

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *