COMMENT FAIRE MANGER DES BANH CUON A QUELQU’UN QUI NE MANGE PAS DE PORC

Chez Tien Hiang

J’ai une amie qui ne mange pas de porc. Du coup, je me suis toujours dit : « elle n’a jamais goûté au banh cuon ». Oh la pauvre. Jamais mangé de banh cuon de sa vie, c’est quand même pas cool. Pas cool du tout. C’est comme n’avoir jamais regardé Game of Thrones. Un élément fondamental de la culture populaire mondiale t’échappe.

Parce que les banh cuon, street food vietnamienne par excellence, sont faits traditionnellement avec de la viande de porc émincée sautée aux champignons noirs, des échalotes frites, de la sauce nuoc mam, le tout roulé dans une fine pâte blanche translucide levée à la vapeur (recette de La Kitchenette de Miss Tam ici). On dit que les banh cuon sont des raviolis vietnamiens, mais dites banh cuon putôt que raviolis, parce que dans la case raviolis, on peut mettre tout et n’importe quoi pour se rassurer.

Alors, j’ai voulu faire quelque chose. J’ai emmené ma copine manger des banh cuon pour la première fois. Oui, je me suis dit que c’était important pour elle, sa descendance et aussi pour le bien commun, le vivre-ensemble, pour l’amour entre les peuples.

OK, restons calme, je n’ai rien fait d’immoral. Je lui ai fait goûter des banh cuon vegan. Des banh cuon sans viande du tout de chez Tien Hiang, le temple de la cuisine asiatique bouddhiste à Paris. Mais attention, pas des banh cuon végétariens, ceux avec des légumes à la place de la viande. Non, des banh cuon vegan avec l’illusion de la viande sous la forme de succédanés à base de protéines végétales, les protéines de soja texturées, le tempeh, le tofu, tous ces trucs qu’ils vendent à Naturalia qu’on se demande toujours quoi faire avec. Justement, chez Tien Hiang, ils savent quoi faire avec.

Ils font des banh cuon qui livrent intacte l’expérience de manger des banh cuon. Le craquant des échalotes frites. Le moelleux de la pâte vapeur. Et le granuleux juteux de la (fausse) viande émincée. On n’y verrait que du feu, enfin de la fumée, enfin, de la vapeur, quoi.

J’ai regardé fixement le visage de mon amie mâcher son premier banh cuon, guettant sa réaction, épiant les sons de sa bouche, espérant un « ohhh», un « mmmmmiam ». Heureusement je la connais assez pour ne pas m’embarrasser toute seule à table à faire mon impolie. Comme si je lui avais tenu la main pendant l’intégralité de son premier épisode de Game de Thrones. A la fin de l’assiette, je lui ai dit : « Un nouveau monde vient de s’ouvrir à toi, ma belle. Un monde avec 6 saisons déjà disponibles et bientôt une septième au printemps prochain. Kiffe bien ».

Je sentais déjà planer au dessus de moi cette satisfaction d’avoir fait une bonne action dans ma journée et le poids de la gratitude éternelle de mon amie pour lui avoir ouvert les portes d’un nouvel univers. Au prochain épisode : la soupe Phnom Penh. Stay tuned, mes bananes.

PS. On a aussi commandé des marmites de viandes, de légumes, des nems, c’était chouette.

Chez Tien Hiang

Chez Tien Hiang

Chez Tien Hiang

Tien Hiang, 14 rue Bichat, Paris 10e 01 42 00 08 23 Métro Goncourt ou République.

12h à 14h30 et 18h30 à 22h30 tous les jours sauf le mardi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *