BOBUN VEGGIE @ CHEZ JOY

Bobun veggie @ Chez Joy

Chez Joy, y’a de la joie, beaucoup de joies. C’est le moins qu’on puisse dire. Depuis 29 ans, Joy tient un bui-bui familial sur le haut de la rue Daguerre, presqu’au croisement de l’Avenue du Maine dans le 14e arrondissement. Depuis 29 ans, Joy fait sa cuisine avec amour et le sourire. Joy raconte son histoire dans ses assiettes et par-delà les mots : d’origine vietnamienne, née en Thaïlande dans la région de l’Isan, des terres au Nord-Est du pays, à forte dominante lao, elle parle vietnamien, thaïlandais, un peu le teochew et largement assez bien le français pour me faire voyager.

Chez Joy, ce qui m’a fait revenir c’est le bobun végétarien : un bobun généreux, des nems pas trop gras et une bonne dose de tofu à la place de l’habituelle viande de bœuf. TERRIBLEMENT BON ! Les gens me disent « Oh, mais le tofu, j’aime pas ». Non mais, le tofu du bobun veggie de Chez Joy, ça va vous changer de vos idées noires sur le tofu. Le tofu, c’est un aliment qui se cuisine de mille façons et celle de Chez Joy va vous convertir en fanatique.

Bobun veggie @ Chez Joy

Bobun veggie @ Chez Joy

Salade de papaye @ Chez Joy

J’ai goûté à la salade de papaye verte et bœuf séché. MIAM. Frais, fin et parfaitement assaisonnée, exactement ce qu’on attend de la cuisine indochinoise. M’entendant m’extasier sur le plat, une habituée assise à côté me confirme : « De toutes façons, tout est bon ici. » La meilleure pub est celle qu’on n’a pas à acheter. La meilleure pub de Chez Joy, c’est la file d’attente et les clients à l’air satisfait.

En note sucrée, ne pas louper la crêpe croustillante « rotee » à la banane et au lait concentré sucré. Une vraie TUERIE (que j’avais adorée en version salée chez Au Forum). Ou alors l’un des délicieux puddings vietnamiens à base de lait de coco et de riz gluant. Le dessert du jour, c’était du che bap avec du maïs, un bol de douceur tiède que j’ai finie à la petite cuillère. Dès la première bouchée, on se croit en road trip à travers la campagne thaïlandaise, ambiance rizières et paysages verdoyants. Installée à une petite table en terrasse par une soirée d’été indien, j’ai siroté ma bière Saigon en kiffant la vibe nomade. Et lorsque je viens en journée, je ne manque pas de me faire plaisir avec le fameux café glacé au lait concentré sucré.

Rotee @ Chez Joy

Chez Joy

Che bap @ Chez Joy

En bonus, des prix ultra-doux : le bobun à 10 euros et le midi, un menu entre 10 et 12,50 euros pour déjeuner sur le pouce. En revanche, les places sont chères, elles. A défaut de trouver à s’asseoir, on peut prendre à emporter. Quel dommage car le cadre est tout mimi depuis des travaux entrepris l’an passé : le comptoir à traiteur banal a laissé place aux tendances hyper-parisiennes, murs en bois, identité graphique aux couleurs pastels ou acidulées qui n’ont fait qu’étendre la notoriété de Chez Joy aux frileux de la forme. Surtout, l’accueil s’est transformé depuis 2 ans, grâce à la nièce de Joy venue lui prêter main forte.

Les deux Joys @ Chez Joy

Chez Joy

Rotee @ Chez Joy

Née en France et maniant à merveille les codes contemporains, esthétique, marketing, réseaux sociaux, la 2ème génération sublime le travail de son aînée. Après avoir bossé 10 ans dans la mode, elle a eu un déclic et décidé de changer de vie pour notre plus grand plaisir. Le truc drôle dans tout ça, c’est que la nièce de Joy s’appelle aussi Joy. Deux Joys dans la place pour EN-JOY. La grande Joy m’explique qu’au départ, on l’appelait ainsi car ça veut dire « mince ». Car elle n’est pas bien épaisse (note mentale : mangez viet, c’est diète). Maintenant, quand on demande à parler à Joy, il faut préciser laquelle !

Zou, allez vite faire la connaissance des deux Joy et leur travail remarquable, chacune dans son style.

Bises bananées xooxoo

Chez Joy 84 rue Daguerre 75014 Paris 01 43 20 01 68. Ouvert du lundi au vendredi de 11h30 à 15h et de 18h à 22h et le samedi de 11h30 à 17h. Fermé le dimanche.

Bobun veggie 10 euros / Salade de papaye au bœuf séché 11,50 euros / Café au lait concentré 3,50 euros et crêpe croustillante « rotee » à la banane 5 euros

2 comments

  1. Mais si Joy est toujours là dans la cuisine ! C’est elle sur la photo (la dame à droite).

    Je suis désolée de lire votre critique cinglante. Désolée et très en COLERE.

    Je n’ai JAMAIS eu à payer ni la sauce ni la menthe chez Joy et je ne crois pas avoir reçu un traitement de faveur. A moins de ramener la menthe chez soi pour en faire du thé ou boire la sauce poisson à la bouteille, je ne vois pas comment c’est possible de faire payer ces suppléments.

    « Les clients collés les uns aux autres » : euh, sauf à pousser les murs, vous avez vu le métrage carré de l’espace ? Moins de 20 places assises dans un MOUCHOIR DE POCHE. Si vous voulez vous asseoir seul à une table de 4 chez Joy, faut privatiser le lieu.

    En ce qui concerne la politique maison de moyens de paiement, un minimum de CB à 15 euros et une restriction de ticket restaurant, beaucoup de lieux en ont, cela n’enlève rien à la magie la cuisine ou de l’accueil. M’enfin, citez moi UN SEUL restaurant qui n’applique pas une telle politique ?

    Peut-être que certains s’attendent, parce que c’est une enseigne familiale asiatique que les règles qui s’appliquent dans les bistrots locaux n’y aient pas cours.

    A mon avis, cher monsieur, vous n’êtes pas un client des plus recommandables. Un de perdu…

  2. CHEZ JOY CE N’EST PLUS LA JOIE, POURQUOI ?
    Le service est devenu expéditif, les clients collés les uns aux autres, 15 Euros minimum la carte bleu, NEW : ticket resto interdit le week end ! La menthe et la sauce sont payante ! Une adresse qui est devenue presque une petite usine. Dommage que Joy ne soit plus là… Heureusement qu’il y a d’autres adresses magiques dans le quartier.
    Il vaut mieux donc aller dorénavant au 46 rue Daguerre chez Un jour à Hanoi ou au Petit grain de sel 164 avenue du Maine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *