LES PETITS BAO D’AU PETIT GRAIN DE SEL

 

Au Petit Grain de Sel

Chez Au Petit Grain de Sel, on mange les bao comme des petits pains ! Dans le 14e, à quelques enjambées de la Tour Montparnasse, ce restaurant familial fait de cette brioche chinoise la vedette de leur carte : à base de farine de blé, blanches et dodues à l’extérieur, fourrées de toutes sortes de farces salées et cuites à la vapeur dans un panier en bambou, les bao (ou baozi) sont populaires auprès des Chinois au petit-déjeuner et en snack, tout au long de la journée.

Au Petit Grain de Sel propose une cuisine du Tianjin, une grande ville proche de Pékin au Nord-Est de la Chine qui jouit d’une réputation gourmande qu’on ne présente plus aux Chinois : street food à profusion, repas sur le pouce à toute heure, salée, sucrée, fritures… qui participe à la richesse culinaire de ce grand pays. Parmi ces spécialités locales, le bao du « Chien qui s’en fiche » ou Gou Bu Liune chaîne de restaurants monomaniaques du bao qui font saliver les Tianjinais depuis bientôt 150 ans : le Din Tai Fung du bao, quoi. On souhaite le même succès à Au Petit Grain de Sel.

Au Petit Grain de Sel

Au Petit Grain de Sel

Chez Au Petit Grain de Sel, la pâte des bao est fine, presque translucide, un peu comme les bao de la Boutique Yam’tcha (en version fusion), totalement aux antipodes de celle, épaisse, fluffly et réconfortante des bao grillés de Chez Alex à Belleville (en version wenzhou) ou des banh bao (en version viet). Agrémentée de quatre choix de farce, nous avons goûté à toutes, bien sûr : porc, légumes, champignons/crevette/porc et porc laqué.

Monsieur Simon, qui officie en salle, a su nous conseiller ses spécialités (en français ou mandarin) : des raviolis à la mode du Nord, pochés à l’eau et juteux, un potage de riz (congee) avec des petits et des gros grains, un excellent morceau de palette de porc braisé, fondant à souhait.

Pour les familles qui veulent faire découvrir d’autres horizons aux plus jeunes, Au Petit Grain de Sel est une destination facile et idéale pour manger chinois sans galérer. Les bao et les raviolis font rapidement l’unanimité chez les gamins, facile à manger (avec les mains si besoin) et détail qui a son importance face à des petites bouches qui crient famine (émoticône d’une maman oiseau qui donne la becquetée à ses oisillons) : la température est très correcte, les bao ne sont pas brûlants, même quand ils sortent de leur panier vapeur. Autrement, la large sélection de nouilles sautées ou en soupe terminera aisément le job « mais si, c’est comme des spaghetti ».

A noter pour la prochaine fois : je goûterai les tang yuan au sésame noir en dessert (boules de riz gluantes qu’on mange à la Fête des Lanternes), ou le café gourmand, rareté chez les restaurateurs chinois, mais là, j’avais vraiment plus de place !

Au Petit Grain de Sel

Au Petit Grain de Sel

Au Petit Grain de Sel, 164 avenue du Maine, Paris 14e. 07 82 89 57 71

Métro Mouton-Duvernet ou Pernety.

Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 15h et de 17h30 à 23h, fermé le lundi.

Panier de 7 bao à 6,50 euros et 10 bao à 8,50 euros

Menu du midi en semaine avec 7 bao et 1 soda pour 7,50 euros

15 raviolis pour 12 euros

Palette de porc 9 euros

6 comments

  1. A force de vous lire,nous sommes passés à l action
    Nous avons trouvé les bao délicieux sutout ceux au porc et que dire des boules de riz au sésame noir!!!une merveille

    • Coucou Cannelle aux Fourneaux ! Tu aimes aussi cette petite adresse sympathique du 14ème, là où il ne se passe pas grand chose, mais où quelques pépites nous égayent le quotidien ? Welcome to the club 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *