AU-DELA DES MONTAGNES

Au-dela-des-montagnes-jia-zhang-keAu-delà des montagnes (山河故人) de Jia Zhang Ke avec Zhao Tao (Tao), Zhang Yi (Jinsheng), Liang Jing-dong (Liangzi), Dong Zijian (Dollar) et Sylvia Chang (Mia). Sortie le 23 décembre 2015.

En 1999, en plein miracle économique chinois, Tao a 25 ans et chante « Go West » aux côtés de ses prétendants Lianzi et Jinsheng. Elle choisit d’épouser Jinsheng, qui lui promet un avenir confortable. En 2014, Tao et Jinsheng ont divorcé. Elle vit seule à Fengyuan et il est parti faire fortune à Shanghai en emmenant leur fils Dollar. En 2025, Jinsheng et Dollar sont installés en Australie. Dollar ne parle pas un mot de chinois et communique via Google Translate avec son père.

Pourquoi j’ai envie de le revoir :

On est sur le bord du Fleuve Jaune dans le Shanxi, province la plus pauvre de Chine. Les routes sont défoncées et l’avenir aussi incertain qu’un cancer des poumons sans sécurité sociale.

Dans ce décor déprimé et déprimant, Jia Zhang-Ke nous livre une leçon de vie : comment, au cours d’une vie, des choix individuels façonnent les histoires des gens face à la solitude de l’existence. Ce n’est pas tant le problème de faire des mauvais choix, mais plus de s’entêter dans ces erreurs. Et une vie passe très vite, trop vite.

Tao s’est trompée en amour, s’est persuadée de n’avoir rien à offrir à son enfant qu’elle a abandonné aux mains de son ex-mari et finit seule dans une grande maison avec son chien. Jinsheng, fervent adepte du capitalisme radical, peine à acheter son fils Dollar et son entourage. Au milieu, il ne reste à Dollar que cette arrogance triste qui le rend à la fois détestable et attachant, lui qui n’a connu nul besoin à l’exception de l’amour, le seul qui compte en vrai.

Ma scène de bouffe préférée :

Le rôle joué par les raviolis dans ce film. A 25 ans, Tao confectionne des raviolis pour séduire ses courtisans. Devenue mère, elle les met dans la bouche de son fils. Devenue vieille, elle en fait pour sa famille imaginaire, au cas où ils passeraient sans prévenir.

 

One comment

  1. Pingback: CINECLUB : « SHANGHAI BELLEVILLE », UN CONTE BELLEVILLOIS SANS HAPPY END | La Petite Banane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *