GRATTE-CIELS HONG-KONGAIS

Gratte-ciels de Hong Kong

Des gratte-ciels qui poussent comme des champignons, me donnent des torticolis, des ascenseurs qui affichent des pics de vitesse plus vertigineux que la Tour de la Terreur. C’est la première chose qui me frappe quand j’arrive en Asie. Dès la sortie de l’aéroport, je scrute ce monstrueux paysage urbain depuis la vitre de mon taxi.

Comment vivre dans ces grands ensembles ? A la chaleur humaine, vous ajoutez le climat subtropical humide, les cafards et les moustiques, la pollution de l’air, les vêtements qui sèchent au balcon, le bruit de la clim’ à fond (vaut mieux ça que le ventilo qui brasse l’air chaud), l’odeur d’égout qui tenaille les rues.

Quand je pense que le Parisiens méprisent le 13e arrondissement à cause des tours d’Italie 13. Les Olympiades, c’est du pipi de moineau à côté de Mong Kok, à Kowloon, le quartier le plus peuplé du monde : 160 000 habitants au km2, c’est pus de 7 fois la moyenne parisienne avec des loyers au même prix qu’à la Place de la Madeleine.

Vu comme ça, un petit pav de banlieue avec un bébé labrador chocolat, ça fait rêver, hein ?

Gratte-ciels de Hong Kong

Gratte-ciels de Hong Kong

Gratte-ciels de Hong Kong

Gratte-ciels de Hong Kong

14 comments

  1. C’est fou, j’y étais encore ce matin et je pensais à la même chose! Et quand on pense à la croissance démographique mondiale, ça me fait froid dans le dos d’imaginer qu’il y aura de plus en plus d’endroits où on vit les uns sur les autres comme ça…

  2. Je suis surpris que tu dresses un tableau global si noir. Les immeubles et les conditions de vie de Mong Kok n’ont pas grand chose (si ce n’est rien) à voir avec ceux des ensembles que l’on aperçoit en rejoignant le centre depuis l’aéroport ou présents un peu partout sur le territoire. Ce n’est pas les grands ensembles d’immeubles le problème, ce sont certains quartiers bien précis dans le cœur de la ville où il devient impossible de concilier avec une telle densité activités commerciales et logements individuels.

    D’ailleurs, parmi les grands ensembles d’immeubles, il peut aussi bien y avoir de vieux logements plus ou moins vétustes, comme des logements sociaux flambants neufs, comme des logements de standing voir de haut standing. L’architecture est à chaque fois grosso modo la même pour tous. S’agissant de l’esthétique, il faut le reconnaître, difficile de le percevoir positivement surtout avec notre œil d’occidental. Toutefois, on peut noter le pragmatisme des autorités qui optimisent l’espace intelligemment pour loger une population de plus en plus grande. (~50% des logements du territoire sont d’ailleurs des logements sociaux ou subventionnés. Et le nombre de constructions par an de logements dépasse l’entendant)

    Je me permets un témoignage pour apporter un autre éclairage. J’ai vécu entre autres quelques mois dans un logement social à Siu Sai Wan 小西灣 là où il n’y a uniquement que des logements sociaux, des ensembles d’immeubles parmi les plus vertigineux et les plus denses et une population de travailleurs très modestes contraintes de s’excentrer de la ville par manque de moyens (Ca c’est le quartier de Siu Sai Wan http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/11/Siu_Sai_Wan.JPG , ça laisse perplexe…). Contrairement à ce que j’imaginais au départ (j’avais peur), la vie y fût extrêmement agréable. Contre toute attente, les gens étaient chaleureux, ils se connaissent et échangent quelques mots à chaque fois qu’il se croisent, les voisins s’invitent mutuellement et se rendent des services, je me suis même fait des amis alors qu’aucun occidental n’a vocation à rentrer dans ces logements sociaux… Les enfants jouent en bas des immeubles, il n’y a aucune insécurité et tout est toujours nickel en permanence. Certes les logements sont étroits mais très fonctionnels et bien pensés. Il ne faut juste pas avoir le vertige quand on étend son linge. Seules les courants d’air circulant à 40 étages de hauteur sont gênants. L’isolation laisse toujours à désirer et il est difficile de trouver le sommeil.
    Sinon, il y a une vie de quartier avec des associations, des aides pour les vieilles personnes et toutes les commodités souhaitables (bien sûr personne n’est là pour faire du shopping, ce sont des quartiers dortoirs. Malheureusement aussi le MTR ne venait pas jusque là mais les bus compensent largement). Les aires de sport installées un peu partout sont accessibles gratuitement et chaque matin toutes les générations s’y croisent pour un footing, des étirements ou des cours en groupe de Tai Chi. J’ose dire que je ne me suis jamais senti aussi bien qu’en vivant à cet endroit… Je pourrais raconter presque les mêmes expériences à Kwun Tong et à Heng Fa Chuen, deux autres quartiers dortoirs à Kowloon et sur l’île.

    Tu vivais où quand tu y étais ? Tu retiens vraiment ce résumé de ton expérience ?

    • Hello Grace! Je suis restée un peu sur ma faim en lisant ton post! Lol je pensais que tu allais développer + en profondeur les grattes ciels!
      Merci Alexandre pour ton partage. La tante de mon mari était prof d’enfants handicapés et son ex-mari douanier. Appart de fonction : 200m3. Avec gardien, terrain de foot, et écoles à 2 pas. C’est vrai que les logements sociaux à HK sont un luxe car ils sont généralement + grand à moindre coût. Ce qui m’avait chamboulée sur HK, c’était le casse tête pour trouver un resto, qui sont répartis sur plusieurs étages d’un building. Sans pote comme guide, impossible de bien manger ;)!
      Enfin tout ça pour dire que vivre sur hong kong est une épreuve. C’est vrai que certaines rues sentent particulièrement fort, pour avoir véçu à Sheung Wan le quartier des grossistes en poissons séchés… Je n’arrivais pas à fermer l’oeil tellement l’odeur pénétrait jusque dans mon cerveau. Par contre à chaque voyage sur HK, je vis à Taipo, à Hong lok yuan, une zone top sécurisé, avec que des villas. Le grand luxe. Avec école international dans la résidence. Les voisins? Les millionnaires et les stars. Par contre, HK, c’est super propre! Et baby friendly! Des tables à langer dans les toilettes des centres commerciaux. Propres! Hk c’est aussi synonyme de service! J’adore le côté pratique pour recharger son octopus chez 7eleven, dans le MTR, les bornes de cash HSBC partout! Et surtout, sortir avec son sac LV sans peur de se le faire tirer!!! C’est pas Paris où tu peux jouir de tes affaires tranquilles !
      Regarde le replay d’enquête exclusif sur HK! Ca m’a fait mal au coeur pour les yellow umbrellas!
      Bisous Grace! Et à très bientôt Alexandre!

      • Désolée de ne pas avoir « approfondi » le sujet, honnêtement, au delà de la dimension graphique, il ne m’intéresse pas tellement. J’adore cette ville, son énergie, sa culture, ses habitants. J’y vais depuis que je suis gamine et je continuerai encore longtemps !

    • Hong Kong, dans mon esprit, c’est les buildings, les buildings, les buildings. On vit dans une tour, on travaille dans une tour. Même quand on est très riche, on habite un building. Les maisons individuelles sont en hauteur. « Wisteria Lane », ça prend trop de place.

      Mais je n’ai rien contre vivre heureux dans un building.

      Je te rassure, cher amoureux de Hong Kong, j’ai des souvenirs qui dépassent les tours les plus hautes de Hong Kong, et de loin.

      • Décidément, j’ai de plus en plus de mal à comprendre ce que tu écris alors. Pas d’inquiétude, tu n’as pas besoin de me rassurer. Amoureux de HK, certes, mais lucide sur les innombrables travers de cette ville et surtout pas intolérant pour un sous. Tu pourrais détester HK que l’on pourrait avoir un échange argumenté, serein et constructif sur la question. Mais si le sujet ne t’intéresse pas en effet. Restons-en aux lieux communs.

        • De plus en plus de mal à me comprendre ? Ah mince alors. Peut-être que je m’exprime mal ? Je suis loin d’être journaliste, je publie juste des émotions, un peu brutes, parfois sans logique ni raisonnement… sûrement floues à ce que j’en comprends et qui n’apportent pas forcément de l’eau aux moulins de la controverse… Va falloir que je fasse gaffe à tourner mes mots 7 fois dans ma cervelle à chaque fois que je dis quelques chose de peu reluisant sur Hong Kong de peur de m’attirer les foudres du blogger « expert » de cette ville 😉

          • Ouhla. Je commente pour discuter avec toi sur les sujets que tu abordes dans tes articles parce qu’ils m’intéressent et parce que ton avis en particulier m’intéresse que l’on partage beaucoup, peu ou pas du tout le même point de vue. Dans le cas présent, ça me paraissait de circonstance de donner un autre angle de vue sans aucune animosité, ça me faisait plaisir aussi de me remémorer et partager ce souvenir à HK et, surtout, je voulais te demander par l’intermédiaire d’un commentaire que tu nous en dises plus sur ton sentiment et ton expérience personnelle au delà du ressenti que tu as donné en quelques lignes. Quand Winnie développe son expérience, ça fait plaisir à lire et ça ouvre à d’autres échanges avec elle. Si maintenant tu me désignes en censeur, c’est l’inverse du but recherché 🙁 Je n’interviens pas en expert ni en partisan, juste en lecteur qui aimerait entamer une discussion avec toi. Vu que ça fait quelques fois je crois que je reçois une volée de bois vert, il vaut peut-être mieux que je m’abstienne pour éviter toute mauvaise interprétation. Franchement, ne changes surtout rien pour moi, c’est très bien comme ça !

Répondre à Shunn Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *