10 CONSEILS POUR APPRENDRE LE CHINOIS

Mes petits carnets de caractères chinois

Avant, les bons élèves prenaient allemand pour faire plaisir à leurs parents. Mais ça, c’était avant. De nos jours, place au chinois mandarin. Les meilleurs établissements scolaires le proposent en option langue vivante dès le collège, parfois même en mode intensif ou « section internationale ». Les cabinets de recrutement privilégient les candidats aux profils sinophones. Et bien sûr, la Chine et sa croissance à 2 chiffres reste l’Eldorado des expatriés.

Pour ceux qui ont passé l’âge d’ « aller en perm », où apprendre le chinois à Paris ? Que ce soit par simple curiosité, pour dépenser vos crédits DIF ou savoir commander à manger lors d’un prochain voyage en Chine, la langue chinoise attire de plus en plus d’amateurs. Cours du soir ou en week-end, les offres pullulent. Alors, pour apprendre le chinois, comment faire ?

Voici 10 conseils d’ami venant de quelqu’un qui a appris le chinois (presque) toute sa vie. J’entends ma mère crier d’où elle est « j’te l’avais bien dit que ça te servirait ».

1. Optez pour un cours près de chez vous, facilement accessible, avec des horaires adaptés à votre emploi du temps… pour tenir le coup sur la durée. Car le cours de langues, c’est comme la salle de sport, y’a des jours où on traîne des pieds… Surtout en janvier, période froide et creuse où votre vraie motivation se dévoile toute nue.

2. Testez un cours en tant qu’observateur pour vous frotter à la méthode du prof, sentir le niveau et l’ambiance de la classe… Préférez les cours dispensés par des natifs de la langue et fiez-vous à votre feeling.

3. Faites vos devoirs à la maison ! Car, soyez prévenus, il aura beaucoup, BEAUCOUP de devoirs. Pas de recette miracle. Oubliez le temps où vous avez étudié l’anglais en écoutant les chansons des Beatles. D’ailleurs, vous ne parlez pas vraiment anglais. Pour apprendre le chinois efficacement, un travail personnel régulier, voire quotidien, est indispensable. Dans le meilleur des mondes, pratiquez « 30 minutes par jour, tous les jours ». Comme les abdos, quoi. Prévoyez d’apprendre des trucs par cœur et de recopier des kilomètres de caractères. Ouais, c’est un investissement à plus ou moins long terme.

4. L’heure est à l’apprentissage en mode 2.0 avec de nombreux outils numériques : familiarisez-vous avec les dictionnaires sur smartphones et tablettes (Huaying), le traitement de texte sur ordinateur, l’écriture sur écran tactile (sur Mac, en ajoutant au clavier la fonction « Chinois Simplifié saisie manuscrite »), les applications qui testent votre prononciation (iFlyTek Voice Assistant)…

5. Pour donner du relief à la théorie, plongez au coeur de la culture chinoise pour chopper du vocabulaire à moindre effort : abonnez-vous à des blogs (Jardin de Chine, Sinoiseries, Sinogastronomie, Planète Pékin, Apprendre le Chinois, Mon Petit Ailleurs Chinois…), des chaînes YouTube (Learn Chinese Now, Mandarin Impossible, China Uncensored…), laissez-vous tenter par la cuisine chinoise à la maison (Recettes d’une Chinoise, Chinois Chez Moi, Goûts de Chine), approfondissez vos connaissances en cinéma chinois au-delà de votre passion pour Bruce Lee (Chine et Films, Festival du Cinéma Chinois en France…), regardez des séries chinoises en VO sous-titrée en streaming gratuit sur Viki, courez les expositions et musées dédiés aux arts asiatiques (France-Chine50, Musée Cernuschi, Musée Guimet, Centre Culturel de Chine…), initiez-vous à un art martial chinois ( Institut du Quimetao…)… Bref, vous avez l’embarras du choix !

6. Trouvez un(e) étudiant(e) chinois(e) qui cherche un partenaire pour pratiquer la conversation. Internet regorge de sites gratuits pour ce type d’échange de bons procédés et plus si affinités (My Language Exchange, Conversation Exchange, AZNeDate…)

7. Essayez-vous à la calligraphie, l’écriture des caractères chinois avec pinceau souple et encre de Chine. C’est reposant, ça demande beaucoup de précision et permet de s’exercer à tirer parfaitement les traits pour former les caractères. Concentrez-vous et imaginez-vous en Maître Kung-fu inscrivant les secrets des prises les plus ravageuses sur un parchemin sacré.

8. Mettez vos enfants au chinois. Bon nombre d’écoles proposent des cours à partir de 3 ans pour les familiariser avec les sonorités de la langue. C’est bien connu, les enfants développent des facilités pour les langues étrangères lorsqu’ils y sont exposés dès leur plus jeune âge.

9. Planifiez un voyage en Chine pour une immersion totaleMais attention, quel que soit votre niveau en langue chinoise, attendez-vous à un vrai choc culturel à l’arrivée. Les premiers temps, vous ne comprendrez absolument rien de ce que disent les locaux (et vice-versa). C’est comme quand on croit parler anglais et puis qu’on tombe sur un taxi londonien (Bizarrement, les Beatles n’abordent pas ce point-là).

10. Et enfin, armez-vous de courage et de proverbes chinois sur la persévérance, vous en aurez besoin !

Pour finir, une liste indicative de cours de chinois à Paris. Je n’ai pas tout testé, mais j’en ai entendu beaucoup de bien.

L’Institut Confucius de l’Université de Paris-Diderot

L’Institut Confucius de l’Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Centre Culturel de Chine à Paris

Association Notre Dame de Chine (Eglise), 27 avenue de Choisy, 75013 Paris

L’Encrier Chinois, 9 rue Sthrau 75013 Paris et 21 avenue de Choisy 75013 Paris

Association des Amis de Nouvelles d’Europe 欧洲时报文化中心, 48-50 rue Benoît Malon, 94250 Gentilly

Passeport Pour La Chine, 2 Rue du Pont de Lodi, 75006 Paris

28 comments

  1. Bonjour,

    En parlant d’outil numérique (point 4), et sans sortir de chez soi (point 1, cela marche donc aussi pour les gens du sud-Ouest) un très bon outil pour débuter, pratiquer l’oral, apprendre du vocabulaire, des proverbes et expressions Chinoises, est le site web http://www.chinoisabc.com. Ce site propose des leçons sous forme de dialogues de 8 à 15 minutes, avec une voix Française et une voix Chinoise (il y a aussi le support écrit). Cela permet de se familiariser avec la prononciation rapide des Chinois.

  2. Merci pour ces petites astuces! Je regrette quand même que l’on mélange un peu tout dans cette liste. Moi par exemple j’ai une envie dingue d’apprendre le cantonais. Une envie et un besoin étant donné que ma femme et ma fille commencent à comploter contre moi et que je ne comprends rien à leurs manigances… Mais malheureusement ici comme ailleurs on se contente de coller derrière le mot chinois une seule langue, le putonghua. C’est dommage (je trouve) car cette facilité de langage occulte complètement la possibilité d’entrevoir l’apprentissage d’une autre langue écrite avec les caractères chinois. C’est un peu comme si on considérait qu’étant donné que l’anglais est la langue la plus parlée au monde on laissait tomber toutes les autres langues écrites avec l’alphabet latin. Ce serait dommage, non? En tout cas moi je cherche des classes de cantonais et je rame grave. Sinon merci pour cette liste et sans rancune!

    • Je serais très mauvaise pour te donner des conseils pour apprendre le cantonais, tout simplement parce que je ne connais aucune méthode ! Sauf si tu veux l’apprendre avec ma mère, ce qui pourrait être compliqué.

      Historiquement les Chinois apprennent le mandarin à l’école car ils parlent tous à la maison une langue régionale. En France ou ailleurs, les écoles de chinois pour la diaspora enseignent le mandarin, la « langue commune » des Chinois.

      Chercher une école de Cantonais c’est aussi difficile que de trouver une école de langue bretonne au pays des Chti.

      Bon courage !

    • À mon arrivée à Paris, il y a 25 ans, c’était le contraire. En dehors de l’université, impossible d’étudier le chinois standard (mandarin, putonghua) car les associations qui existaient alors enseignaient essentiellement le cantonais… À présent, pour apprendre des rudiments de cantonais, je vais faire appel à des cours particuliers, dispensés non pas en français, mais en chinois-mandarin, une expérience intéressante je pense, qui me permettra aussi de comparer les différentes constructions de phrases. Pour ce qui est des caractères, pas vraiment d’inquiétude puisque l’étude à l’université impose progressivement de reconnaître puis savoir écrire les caractères traditionnels.
      Pour compléter la liste des lieux hors cursus scolaire :
      L’INALCO dispense des cours du soir (6 niveaux différents, 2 heures par semaine).
      La mairie de Paris organise des cours municipaux pour adultes, dispensés par des professeurs expérimentés (cours du soir et stages d’été).
      Bon courage, il en faut mais il n’y a pas d’âge, j’ai commencé à 48 ans, j’ai obtenu le DU de chinois à Paris 7 il y a deux ans… et je n’ai encore jamais mis les pieds en Chine.

  3. Merci pour cet article très utile! Personnellement, j’ai besoin (au moins pour débuter) d’être encadrée par un professeur. J’ai vu sur Internet cette école qui propose un « pack de survie » qui mélange cours de langue et modules culturels… J’aime beaucoup le principe… Si quelqu’un qui a testé cette école passe par là et souhaite donner son avis, que cette personne n’hésite pas à me conseiller 🙂

    http://www.chineseinstitute.fr/formation-chinois/particuliers/cours-de-chinois-adultes/pack-survie-chinois/

  4. Pingback: J’APPRENDS LE CHINOIS AVEC MES ENFANTS | La Petite Banane

  5. je suis assez d’accord avec l’article hormis de conseiller les cours parceque de par mon experience personnelle je suis absolument convaincu qu’une langue ne s’enseigne pas.
    Je m’explique, l’apprentissage d’une langue va etre efficace a 90% grace a sa motivation personnelle, hors si l’on est vraiment motivé on est vite passionné et l’apprentissage se fait tout seul, parceque l’on va chercher exactement ce que l’on a ENVIE d’apprendre, et non ce que le cours nous impose. Je pense qu’un cours aussi interessant soit-il est alors une contrainte.
    l’envie d’apprendre c’est la clé, et ca vient de soi non d’un prof, une fois qu’elle est la il faut la cultiver et tout se fait tout seul.
    Pour la stimuler ce qui marche le mieux pour moi c’est la pratique, quel que soit son niveau, on peut parler ne serait-ce que 5/10minutes a des touristes chinois a paris, des restaurateurs « japonais » 🙂 , ou bien sur les sites d’echange, je le fait quotidiennement. leur reaction est souvent tres suprenante et motivante.
    a chaque echange j’apprend un truc ou je bloque sur un truc et j’ai hate de rentrer chez moi me remettre au boulot pour faire mieux la fois suivante. c’est une methode grisante et a duree egale ma progression en mandarin est sans commune mesure avec ce que j’ai pu avoir par des cours de japonais qui etaient pourtant tres interessants.

    Sinon je suis les conseils de nombreux polyglottes talentueux via youtube, Luca Lampariello, Moses McCormick (laoshu50500) ou Steve Kaufmann par exemple sont des grandes sources d’inspiration pour ma part.

  6. > Avant, les bons élèves prenaient allemand pour faire plaisir à leurs parents.

    C’est surtout que l’allemand (première langue) est un moyen détourné utilisé par les parents pour que leurs enfants se retrouvent dans les meilleures classes, voire meilleurs collèges.

    > Prévoyez d’apprendre des trucs par cœur et de recopier des kilomètres de caractères.

    Pour avoir appris le japonais, je conseillerais plutôt de se concentrer d’abord sur l’oral, et de ne se lancer dans l’apprentissage de l’écriture qu’une fois à l’aise avec l’oral niveau vie quotidienne, d’autant qu’il est plus facile de se souvenir des 汉字/漢字 lorsqu’on connait déjà le mot à l’oral.

    • « Pour avoir appris le japonais, je conseillerais plutôt de se concentrer d’abord sur l’oral, et de ne se lancer dans l’apprentissage de l’écriture qu’une fois à l’aise avec l’oral niveau vie quotidienne, d’autant qu’il est plus facile de se souvenir des 汉字/漢字 lorsqu’on connait déjà le mot à l’oral. »
      Pas du tout d’accord, la connaissance de l’écriture (méthode Heisig) m’a énormément aidé pour le japonais et maintenant pour le chinois. Ca prend du temps au début, mais il est rattrapé ensuite et apprendre des milliers de mots de vocabulaire sans l’aide des kanji / hanzi est franchement mission impossible, mais beaucoup plus facile quand on connaît l’écriture. Et je ne parle même pas des mots nouveaux…

  7. Merci Petite Banane pour tous vos conseils tellement vrai.
    J’anime un groupe de parents « mixtes » dans une école internationale â Paris où l’on apprend le chinois. Mon boulot est de passer mon temps à expliquer aux occidentaux que le chinois ça se bosse et dur même ! Rien à voir avec l’anglais que leurs enfants pratiquent depuis le plus jeune âge . J’ai également développé un site spécial Chine pour développer la culture chinoise car là aussi il y a de nombreuses incompréhensions. Heureusement cette année d’anniversaire où fleurissent les initiatives heureuses donnent un visage positif de la Chine. Donc tous les espoirs sont permis . Et comme chantaient les Beatles : all you need is Love !

    • Merci Elisabeth pour votre témoignage « au coeur de l’action ». Lorsqu’on vit en France, on peut facilement se frotter à l’anglais à petite dose tous les jours sans même s’en rendre compte : sur Internet, à la radio, au cinéma, dans la pub etc… Mais le chinois, il faut faire des efforts pour ne pas s’en détacher complètement si on ne pratique pas régulièrement. Moi, par exemple, le chinois est ma langue maternelle, je prends des cours depuis que je dois avoir 8 ou 9 ans, j’ai été moult fois en Chine, j’ai passé le chinois au Bac, j’ai fait des langues à la fac… Mais comme j’ai manqué de discipline, je suis toujours (presque) au même point… Vous pouvez me citer comme contre-exemple à vos élèves et leurs parents récalcitrants 😉 La seule chose ce que j’ai vraiment acquise avec les années, c’est la sagesse de savoir que je ne changerais plus (même si j’essaye quand même). Quelle est l’adresse de votre site web ? Je vous souhaite bonne continuation pour vos beaux projets.

  8. Un onzième conseil qui sera complémentaire je l’espère, regardez des films chinois. On en trouve beaucoup en DVD et il existe pas mal de festivals. C’est très bien pour la compréhension orale! 🙂

    • Un excellent conseil, merci Jean-Marie. Je connais un paquet d’amateurs de films (ou plutôt d’acteurs) hongkongais qui ont appris le cantonais (ou plutôt les jurons) grâce aux heures passées devant leur écran. Efficacité garantie.

  9. 10. Prenez des cours sur Paris.
    Oui mais non.
    Faisez-gaffe, miss Banane; z’avez des lecteurs qui vous suivent du fin fond du sud-ouest !

    • Merci Carwin, vous m’en voyez ravie ! J’adore le Sud-Ouest, vous êtes des vrais gourmands et fêtards là-bas, non ? J’espère que vous trouverez un cours de chinois à votre goût dans le Sud-Ouest, je n’en connais hélas aucun, mais suis sûre qu’il y en a ! (Et donnez-nous le tuyau qu’on puisse relayez l’info 😉

  10. Super, merci Grace! Je vais regarder ce qu’il y a sur Viki et jeter un coup d’oeil aux blogs que tu as listés. De mon coté j’utilise Chinesepod.com depuis des lustres, et c’est très bien fait..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *