CAMBODIAN DAUGHTER

Voyage-Cambodge-fleurs-frangipanier

C’est avec le teint encore hâlé et les cheveux un poil ébouriffés par une dernière virée en tuk-tuk que je vous rapporte quelques souvenirs de mon voyage au Cambodge, entassés dans 23kg de bagage autorisé et une franchise illimitée tout au fond de mes rétines et mon petit cœur encore plus mou pour l’occasion.

On m’avait prévenue. Vous m’aviez prévenue. Mais rien au monde n’aurait pu complètement me préparer à ce déferlement de « ahhhhhh ! » et de « ohhhhhh ! », d’émotions neuves et de sensations de déjà-vu. Parcourir 10 000 km pour un dépaysement total tout en se sentant un peu chez soi là où on n’est jamais allé.

« Tiens, ça, j’connais », « Vous aussi, vous faîtes comme ça ? », « Je croyais que c’était juste moi ». Le premier voyage au pays de ses racines, c’est tout sauf une destination comme les autres.

Connect The Dots. J’avais constamment l’impression de me trouver dans un coloriage magique géant, vous savez, ceux avec des rébus et des devinettes qu’il faut terminer jusqu’au bout pour arriver à discerner l’image de départ. L’image de ma vie. Car j’ai enfin pu relier entre eux des points de mon existence fouillie qui n’étaient auparavant rattachés qu’à mon être par des vagues souvenirs d’enfance et des mots sortant de la bouche de mes parents sans réel écho hors de leur contexte d’origine.

Mais surtout, au Cambodge, j’ai caressé des arbres millénaires, arpenté des rues colorées, vogué sur des flots sacrés, posé mon regard sur des bâtisses magnifiques… qui ont peut-être rencontré, entendu rire ou vu danser ma Maman. D’avoir ça à l’esprit a donné une nouvelle dimension, absolument inestimable, à mon circuit touristique. Rien qu’en levant les yeux, en regardant autour de moi, je me prenais à l’imaginer allongée à l’ombre des vieux frangipaniers en fleurs, traîner ses pieds sur les boulevards encombrés de Phnom Penh, pêcher les écrevisses de la rivière Tonlé Sap, ou effleurer de la paume de ses mains les murs d’Angkor.

Par moment, et souvent en portant l’enfant qui me ressemble, j’ai même cru être ma maman. Et désormais je suis tout à fait certaine qu’elle restera à jamais éternelle en moi.

Comme on n’en finit jamais d’apprendre sur soi, aux côtés des parts d’identité de Chinoise, de Française, de Global Soul que j’ai trouvées à l’intérieur de ma boîte à trésors, j’ai découvert là-bas que je suis aussi la fille d’une Cambodgienne.

Laissez-moi vous emmener flâner quelques instants dans ce beau pays qu’on appelle le Royaume des Merveilles. Vous y verrez peut-être la même chose que moi. Que le meilleur du Cambodge, c’est de loin ses habitants et sa cuisine (on ne se refait pas, hein). Good food, good company. Tout ça dans un décor de paradis.

To be continued. Il me reste bien 347 098 autres photos à vous montrer. A peu près.

enfant-cambodgien-angkor

phnom-penh-cambodge-ville

cambodge-vieille-femme-rue

cambodge-palais-royal-porte-bouddha

soupe-phnom-penh-cambodge

cambodge-belle-jeune-fille-cuisine

cambodge-enfant-rue

cambodge-marche-central-bouteilles-sauce

cambodge-wat-phnom-marche-prostestants

cambodge-siem-reap-enfants

cambodge-marche-russe-jolie-jeune-fille-vendeuse

cambodge-nom-koh

cambodge-jolie-jeune-fille-vendeuse-sihanoukville

cambodge-plage-paradisiaque-koh-takiev

cambodge-enfant-siem-reap-velo

cambodge-camion

cambodge-fille-chapeau-marche-central

cambodge-cafe-lait-glace

cambodge-enfant-mere

cambodge-scooter-nem

cambodge-barbecue-coques

cambodge-poisson

cambodge-danseuse-moderne

cambodge-vendeuse-rue-sihanoukville-occheutal

Si vous aimez le Cambodge et les Cambodgiens, découvrez le blog de Sovathary, la Cambodian Daughter originale qui m’a inspiré ce joli titre de billet.

19 comments

  1. Pingback: FREDERIC CHAU : LE LIVRE DES BANANES | La Petite Banane

  2. Pingback: L’ANARCHISTE, AGITATEUR D’EMOTIONS | La Petite Banane

  3. Pingback: MA VIE DE BANANE DANS UN NUMERO DE CABARET | La Petite Banane

  4. Comme ça donne envie d’y être! Merci de ces évocations qui me ramènent fugitivement à ce que j’avais vécu en allant au Vietnam la 1ère fois.. cette impression de reconnecter et aussi de réaliser que.. ce n’est donc pas que moi qui pense comme ça? !..raconte la suite! 🙂 j’ai hate de lire la suite!

    • « Humain », c’est exactement ça. Le Cambodge est une destination de rencontres, de différences et d’échanges. C’est pas encore le all-inclusive avec le bracelet fluo qui donne droit à la pina colada à volonté à tous les bars de piscine du resort. Et j’espère que ça ne le sera jamais…

  5. Vivement la suite ! Lecture rafraichissante qui est accompagnée de jolies photos en plus. Billet très sympa.

    J’en suis revenu le 15 décembre dernier et un peu à l’image de Lynda TAN, tu me donnes envie de prendre un billet pour y retourner de ce pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *