COURS DE DECO CHEZ MISS-KO

4.Miss-Ko-Paris-Philippe-Starck-Cocktails1.Miss-Ko-Paris-Philippe-Starck-Salle7.Miss-Ko-Paris-Philippe-Starck-Decoration 2.Miss-Ko-Paris-Philippe-Starck-BeignetsHabituellement, j’évite de sortir du côté des Champs, c’est pas vraiment ma tasse de thé. Mais là, la tentation était trop forte. La thématique de l’Asie, Philippe Starck, et surtout un nom qui sonne presque familier. Il fallait que j’aille voir de mes propres yeux de quoi est faite cette Miss Ko qui rameute tout Paris.

Dès la porte d’entrée, je me sens comme projetée dans 2046 de Wong Kar Wai. Y’a autant de monde que dans une gare. Ca crie, ça pousse, ça se bouscule. C’est arty, c’est bling bling C’est intense en émotions visuelles.

Clairement, ce que j’aime chez Miss Ko, c’est la déco. Toutes mes chinoiseries préférées se retrouvent étalées à chaque recoin. Rien ne manque à l’appel, de la calligraphie au dos des vieilles chaises en bois, aux maneki neko en vitrine, en passant par les bouteilles de saké rangées derrière les shakers, les ombrelles au dessus des têtes, la tirelire cochon doré géante au milieu des barmans, les grains de riz en hologramme, la théière maousse costaud en suspension, les woks pendouillant en cuisine, sans compter l’extra-long bar d’écrans diffusant en boucle des chaînes d’info asiatiques.

5.Miss-Ko-Paris-Philippe-Starck-Salle-Ombrelles8.Miss-Ko-Paris-Philippe-Starck-Salle-riz-theiere11.Miss-Ko-Paris-Philippe-Starck-Cuisines-wokEt le deuxième effet Kiss Cool chez Miss Ko, c’est les toilettes. Les toilettes, c’est souvent révélateur. Dans les palaces, j’y vais pour vérifier le moelleux des serviettes éponge et appliquer un peu de crème pour les mains. Dans les bui-buis, je n’y vais pas sauf grosse urgence. Et dans les endroits branchés, j’espère toujours y trouver une surprise, le petit plus qui donne la touche originale. Au sous-sol de chez Miss Ko, une dragon lady nue et tatouée des pieds à la tête vous ouvre l’antre du soulagement. C’est donc elle cette fameuse Miss Ko. « Jeune eurasienne, amatrice d’art, de délices, de curiosités et de fête ». Ok, on frôle le cliché, voire même le fétichisme.

10.Miss-Ko-Paris-Philippe-Starck-Dragon-Lady 9.Miss-Ko-Paris-Philippe-Starck-Lucky-Cats6.Miss-Ko-Paris-Philippe-Starck-Bar-CocktailsCe qui est dommage, c’est que je n’ai pas osé commander à manger. Après toutes les mauvaises critiques que j’avais lues. , et . Curieuse, oui. Cobaye, bof. Je me suis rabattue sur un de leurs cocktails « signature ». Grossière erreur. Le barman aurait-il tenté de m’achever avec une dose mortelle de whisky japonais ?

En sortant, je titube sur mes talons et scotche sur un morphing de visages projetés sur un mur brut. Ca me fait penser que c’est bien les seuls visages asiatiques que j’ai croisés de toute la soirée. Là où le feeling ne manque pas, c’est plutôt l’authenticité. Car chez Miss Ko, il semblerait que c’est jaune fluo à l’extérieur, mais plus blanc que blanc à l’intérieur. Sans aucune autre nuance de couleur, sauf bien sûr celle de l’argent qui s’invite sans jamais avoir besoin de réservation.

13.Miss-Ko-Paris-Philippe-Starck-SalleMiss Ko, 49-51 avenue George V, 75008 Paris. 01 53 67 84 60

Service continu du lundi au dimanche, de 12h à 2h.

http://www.miss-ko.com/

0 comments

  1. Pingback: JE VEUX UN HAKKASAN A PARIS : UN EXERCICE DE TAXONOMIE DES RESTAURANTS CHINOIS | La Petite Banane

  2. Pingback: RESTAURANT LILI @ PENINSULA PARIS : UNE CUISINE CANTONAISE DELUXE | La Petite Banane

  3. Pingback: AVRIL, YOU MAKE IT SO COMPLICATED | La Petite Banane

  4. Ah c’est l’éternel dilemme des endroits branchés ou dont on parle beaucoup (et dont on sait d’avance que ça ne sera pas vraiment fun mais grosse frime) ! Aller les voir de ses yeux vus ou les ignorer avec superbe ? C’est parfait ce que tu as fait, tu as testé ! Je suis adepte de l’expérimentation en direct car j’aime « comprendre » ce qui ameute les foules… quitte à ne plus y remettre les pieds 😉 😀

    • Je garde l’espoir de fouler un jour le sol d’un lieu alliant avant-gardisme, esthétisme et excellence du goût aux couleurs de l’Asie à Paris… Dans le club des richissimes Chinois dont les rangs grossissent chaque année, y’en a pas un qui aurait quelques millions à perdre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *