BAPTEME AUX ŒUFS ROUGES

J’aime beaucoup les petites traditions que mes parents ont apportées dans leurs valises de migrants.

L’une des coutumes culturelles les plus attendrissantes de la région de Canton, en Chine du Sud, d’où ils sont originaires, c’est la cérémonie des œufs rouges, un rituel de naissance célébrant le premier mois d’un bébé, marquant sa première présentation à la famille, et au monde. On l’appelle le Moon Yut, ou Man Yue en mandarin, signifiant le « mois plein ».

D’autres régions chinoises fêtent les 3 matins, les cent jours ou la première année. Chez nous, c’est les 30 premiers jours de vie. Quand j’ai demandé pourquoi, on m’a répondu : « Parce que dans le temps, beaucoup de nourrissons ne dépassaient pas ce stade ». Hum, merci pour cette vision morbide qui vient de traverser mon esprit.

Cette fête est organisée par l’entourage, les parents étant encore fraîchement chamboulés par leurs nuits courtes et hachées. La maman sort à peine de 40 jours de repos pendant lesquels elle suit un régime alimentaire à base de viandes, épices et soupes fortifiantes destinées à la requinquer après la naissance. Elle n’a pas le droit de soulever ne serait-ce qu’un pack d’eau, est assignée à résidence et chouchoutée en permanence. Ceux qui ont vu ou vécu un accouchement ne trouveront pas ça superflu.

Mais surtout, la maman et le bébé doivent rester à l’abri des vents nuisibles et du mauvais œil, car les Chinois ont mille superstitions et remèdes autour de la naissance. Autrefois, il était interdit de complimenter un nouveau-né. Il fallait le trouver moche, plissé, ragoûtant. Il fallait l’appeler par un sobriquet péjoratif, « petits yeux », « grosses joues » ou « face de beignet ». Pour dissuader les esprits maléfiques de l’emporter avec eux. Heureusement que la médecine infantile est passée par là pour permettre aujourd’hui aux proches de s’extasier pleinement sur les nourrissons. « Ce bébé est troooop mignooooon ! »

Le fil conducteur de la cérémonie, ce sont ces œufs durs peints en rouge avec du colorant alimentaire, symbole de naissance, accompagnés d’un plat de porc laqué croustillant et de gingembre rose mariné au vinaigre. Ces mets sont offerts aux invités qui les ramènent chez eux, pour les remercier de leur venue et des cadeaux faits à l’enfant, souvent des Hong Pao, ces enveloppes rouges contenant de l’argent. C’est un peu comme nos dragées à nous, dans un genre nettement moins facile à transporter.

Lors de la fête, il est coutume de raser la tête du nouveau-né, par souci de coquetterie pour que les cheveux repoussent plus épais par la suite. Certains laissent une petite mèche tout en haut du crâne à la mode crête iroquoise, ou en bas de la nuque comme une petite queue d’animal. D’autres gardent les cheveux coupés en souvenir ou les accrochent en guirlande au dessus du lit de l’enfant. Personne n’a dit que toutes les traditions étaient bonnes à garder.

Une naissance, c’est toujours un moment de fête dans toutes les cultures. Une bonne excuse supplémentaire de se retrouver entre cousins, cousines, oncles et tantes, proches ou éloignés, dans le degré de parenté ou la distance géographique, pour partager la passion commune de festoyer comme des ogres…

Si, si la famille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *