Yellow on the outside. White on the inside. And many shades in between.

CHINOISERIE #3 : LA SAUCE MAGGI

Chinoiserie (n.f.) : (sens propre) petit objet provenant de Chine ou de style chinois. (sens figuré) petite chose se trouvant dans mes placards ou mes souvenirs, qui a agrémenté mon enfance et que je chéris toujours aujourd’hui.

Ma sauce Maggi à la plageLa sauce Maggi et moi, c’est une histoire d’amour qui dure depuis des générations. Ma Maman m’a nourrie avec et je nourris mes enfants avec. Tant et si bien que mon condiment fétiche s’est invité en vacances avec moi, bien calé dans ma valise entre mon paréo et le dernier Mega Sudoku Diabolique.

Comment aurais-je pu m’en passer pour assaisonner :

  • ma soupe de riz
  • mon riz vapeur, riz sauté ou encore mieux, mon riz à la tomate du loc lac
  • mon banh mi
  • mes salades, vertes ou composées, délicieux associé au vinaigre de riz ou balsamique
  • mes marinades de viandes
  • et même mes coquillettes au beurre !

Lire la suite

FRESH OFF THE BOAT : MA LECTURE DE L’ETE

Fresh Off The Boat d'Eddie Huang15 juillet-15 août : période pendant laquelle la France sent le monoï et vit au rythme de l’apéro en continu. Sur ce plan, je ne suis pas peu fière d’être 100% chauvine. A moi le chignon bun à la sauvageonne, le teint luisant d’huile solaire et le farniente au bord de la piscine. Checkpoint température de l’eau : 31 degrés.

Et quoi de mieux qu’un bon livre à dévorer tout en bronzant ? Sur mon transat, en ce moment, le best-seller américain Fresh Off The Boat par mon héros Eddie Huang, le gentleman foodie de New York City, fils caché de Jay Z et Amy Tan.

Allo, la génération banane, ce livre est pour nous ! Fresh Off The Boat, ça veut dire « tout juste débarqué du bateau », soit en slang, les immigrés de la 1ère génération, en référence aux boat people qui ont émigré en Occident avec, dans leurs bagages, traditions, lifestyle et méthodes d’éducation « so Asian ».

Lire la suite

SIAM@SIAM : MON NOUVEAU SPOT FAVORI A CHINATOWN

Ca y est, j’ai un nouveau spot favori à Chinatown : le Siam@Siam, une cantine moderne de spécialités asiatiques tous horizons confondus cachée bien au fond de la galerie commerciale des Olympiades, juste à côté de la Pagode de l’Amical des Teochew. Ici, c’est familial, aéré, le service sympa, la cuisine ouverte et la carte simple et efficace pour un tarif raisonnable. Idéal pour nos escapades dominicales à Chinatown. En bonus, c’est au dessus des supermarchés Tang Frères et Paris Store, pratique pour se restaurer après un moment shopping/bain de foule.

Au menu du Siam@Siam, ce qui m’a tapé dans l’œil :

Kampot bao Lire la suite

MA LECON DE MAQUILLAGE CHEZ SHU UEMURA

Cours de maquillage du regard chez Shu UemuraJ’ai appris à me maquiller sur Youtube. Je suis fan des tutos de maquillage pour yeux asiatiques, de plus en plus nombreux sur le Web et c’est tant mieux pour se faire belle, belle, belle comme le jour. Histoire de sortir du virtuel et de parfaire quelques techniques apprises sur le tas, j’ai pris pour la première fois un cours de maquillage du regard chez Shu Uemura, la célèbre marque de cosmétiques japonais. Merci à mon beau-frère pour cette attention délicate, c’est un cadeau de choix pour les amoureuses de la beauté. Rendez-vous est calé un après-midi dans leur boutique boulevard Saint-Germain, où tout n’est que luxe, calme et volupté.

Lire la suite

51.4, LE BAR EPHEMERE DE COCKTAILS AU WHISKY JAPONAIS

Bouteilles de whisky NikkaLe whisky n’est pas qu’un plaisir à déguster pur. Pour m’en convaincre, j’ai succombé aux cocktails au whisky japonais Nikka From The Barrel au pop-up bar éphémère 51.4 installé jusqu’au 12 juillet 2014 rue d’Aboukir dans le Sentier.

Pour célébrer les 80 ans de la célèbre maison de whisky japonais Nikka, 10 compositions originales et le sympathique concept des cocktails à la bouteille taillés sur mesure pour sublimer le goût de leur blend Nikka From The Barrel, lauréat de nombreux prix internationaux. Des créations signées par des pointures de la scène mixologie parisienne, mais également européenne : Sherry Butt, Mary Céleste, Curio Parlor…

Pour accompagner ma dégustation, je me suis laissée tenter par l’assiette de tapas japonais préparée par la chef franco-japonaise Maori Murota. Trop trop bon ! Racines de lotus croquantes aux lentilles vertes et coriandre, aubergines vapeur à la sauce soja et gingembre, maquereau fumé aux petits légumes frais et edamame.

Lire la suite

TAPAS JAPONAIS ET SAKE : UN ATELIER DE LA MAISON DE LA CULTURE DU JAPON

Gelée de tofu, edamame et salsola dans son bouillonJ’ai remis le couvert pour un atelier dégustation à la Maison de la Culture du Japon à Paris : après la découverte du thé vert, place cette fois aux tapas japonais d’un soir d’été et leurs accords en saké.

Une gelée de tofu (très frais), des tranches de gîte de bœuf mijotée à la sauce soja (classique) et un sauté d’aubergine et de poivron au miso (trop trop bon) : un choix de tapas gourmands qui n’ont de décevant que leur taille. Eh oui, qui dit tapas japonais, dit élégance et raffinement du gabarit d’un amuse-bouche gastronomique et pas vraiment grosse orgie, venez à jeun avec votre costume de Gargantua.

Lire la suite

NANCHANG : RECETTES CHINOISES AU BARBECUE

La jolie vaisselle vintage en acier émailléVous n’avez pas été convié à la garden party de l’été ? Aucun regret, rabattez-vous sur les brochettes au feu de bois de chez Nanchang, petit restaurant coloré et chaleureux de l’Est parisien au doux nom du chef-lieu de la province chinoise du Jianxi.

De la vaisselle vintage en acier émaillé, un paquet de mouchoirs premier prix à la place des serviettes de table, des vœux écrits en chinois sur des post-its collés un peu partout, sur les poutres, sur les murs, entre des affiches de propagande de la Révolution Culturelle. Le dépaysement est garanti chez Nanchang.

Ici, pas de chipos ou de merguez, mais des fritures et des brochettes avec du tofu sous toutes ses formes, des légumes, viandes, fruits de mer et même du pénis de bœuf ! Ouais, bien évidemment, j’ai voulu goûter. Mais, chose rare, j’ai du recracher. Y’a un côté chewing-gum qui me gêne, et puis, la discussion qui s’est ensuivie, c’était un peu lunaire. « Dans le pénis, y’a pas d’os ? » « Bah non, ça doit être un muscle » « Tu crois ? Mais là, tu vois, c’est spongieux, on dirait comme de la gélatine ». Avec un petit exercice de dissection digne d’un cours de biologie animale du collège. Rien que ça, c’est assez mémorable.

Lire la suite


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 180 autres abonnés

%d bloggers like this: